Flambée des prix du bois d’oeuvre: les maisons coûteront plus cher

Mardi, 18 août, 2020
Hélène Baril, La Presse

Extrait :

La hausse fulgurante du prix du bois d’œuvre pourrait ajouter jusqu’à 10 % au coût de construction d’une maison au Québec comme au sud de la frontière, ce qui rognera d’abord les profits des constructeurs.

[...]

L’augmentation rapide des prix du bois d’œuvre s’explique d’abord par l’augmentation de la demande. Les consommateurs confinés ont utilisé leur temps et leur budget de vacances pour se lancer dans la rénovation, ce qui a fait exploser la demande de bois d’œuvre et de bois traité utilisé pour les terrasses. Dans le cas du bois traité, la situation est particulière, parce qu’il n’y en a pratiquement plus sur le marché, souligne le porte-parole de l’APCHQ.

[...]

La hausse du prix du bois n’est pas uniquement une histoire d’augmentation de la demande, explique de son côté Michel Vincent, économiste du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ).

Les scieries ne fonctionnent pas toutes à pleine capacité parce qu’elles n’ont pas de débouchés pour leurs copeaux, qui servent normalement à faire de la pâte et du papier et dont la demande a faibli avec la pandémie.

[...]

Le prix du bois d’œuvre est un habitué des montagnes russes et son prix descend souvent aussi vite qu’il a monté. 

[...]

Mais selon l’économiste du CIFQ, les prix élevés sur le marché nord-américain attirent habituellement les producteurs de bois d’œuvre européens, qui redirigent leur production vers les États-Unis pour en profiter. En augmentant l’offre, les exportations européennes font baisser les prix, explique Michel Vincent. « Ce n’est pas une question de si, dit-il, mais de quand ça va arriver. »