Formation continue obligatoire pour certains entrepreneurs généraux et spécialisés

Mercredi, 27 mai, 2020
Régie du bâtiment du Québec (RBQ)

Extrait :

La Régie du bâtiment du Québec (RBQ), en partenariat avec la Corporation des maîtres électriciens du Québec (CMEQ) et la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ), annonce aujourd’hui la publication à la Gazette officielle du Québec de trois nouveaux règlements obligeant la formation continue pour certains entrepreneurs généraux et spécialisés :

  • Règlement modifiant le Règlement sur la qualification professionnelle des entrepreneurs et des constructeurs-propriétaires;
  • Règlement sur la formation continue obligatoire des maîtres électriciens;
  • Règlement sur la formation continue obligatoire des maîtres mécaniciens en tuyauterie.
     

À partir du 1er avril 2022, les détenteurs de certaines sous-catégories de licence devront maintenir leurs connaissances à jour selon les changements normatifs, réglementaires et technologiques. Cette obligation vise notamment à réduire les risques potentiels que, au fil du temps, un écart se crée entre les règles de l'art les plus à jour et les pratiques du répondant et qu’il puisse y avoir des répercussions sur la qualité des travaux et sur la sécurité du public.

Les répondants ciblés devront donc suivre un nombre d’heures de formation continue, à chaque période de référence de deux ans, afin de conserver leur qualification. La majorité des répondants ciblés devront suivre un total de 16 heures de formation continue sur une période de référence de deux ans. Certains auront à suivre 24 ou 32 heures de formation selon le nombre de sous-catégories qu’ils détiennent ou s’ils possèdent à la fois des sous-catégories visées par les règlements de formation continue de la RBQ, de la CMEQ et de la CMMTQ.

[...]

« La formation continue obligatoire pour certaines sous-catégories de licence permettra aux répondants d’une entreprise de construction de mettre à jour de façon constante leurs connaissances et leurs compétences. Ils seront donc mieux informés des changements normatifs, réglementaires et technologiques. Cela leur permettra de maintenir un haut niveau de qualité et de sécurité dans l’exécution de leurs travaux. Ce changement de culture demandera un certain temps d’adaptation, mais devrait accroître la compétitivité dans le domaine de la construction, et ce, au bénéfice de l’ensemble de la population », a déclaré madame Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et responsable de la Régie du bâtiment du Québec

[...]

Règlement modifiant le Règlement sur la qualification professionnelle des entrepreneurs et des constructeurs-propriétaires