Gare aux déblayeurs de toit malhonnêtes

Jeudi, 27 février, 2020
René-Charles Quirion, La Tribune

Extrait :

l’Office de protection du consommateur (OPC) et l’ACEF Estrie incitent les consommateurs à redoubler de prudence. 

[...]

La technique consiste à mettre de la pression sur les consommateurs, habituellement des personnes âgées, et leur faire craindre sur la gravité d’une situation

[...] 

Ce dernier rappelle que les vendeurs itinérants doivent posséder un permis de l’OPC lorsqu’ils offrent des services ou des produits dont la valeur dépasse 100 $. Dans certains cas, des permis de la Régie du bâtiment du Québec devraient être exigés.

Aucun permis n’est une garantie en soi. La vigilance demeure le principal conseil [...] Les deux organismes de protection des consommateurs signalent qu’il faut éviter de payer avant l’exécution de travaux et s’il y a une obligation en ce sens, le montant de dépôt doit être le plus bas possible.

[...]

Nous sommes très préoccupés par le commerce itinérant. Il faut se rappeler qu’un contrat doit être signé et qu’il ne faut jamais le signer le jour même. On doit prendre le temps d’y penser et de comparer les offres [...] C’est clair qu’une pression est exercée. Il faut se rappeler que [ce] contrat peut être annulé même si les travaux ont été exécutés.