L’immobilier, touché de plein fouet par le coronavirus

Mercredi, 8 avril, 2020
Stéphan Bureau, Radio-Canada

Extrait :

Le courtier immobilier de Remax Georges Bardagi et Michel Léonard, président et chef de la direction du Fonds de placement immobilier BTB, rendent compte des effets que la crise de la COVID-19 entraîne dans le secteur immobilier.

Au départ, les courtiers immobiliers résidentiels ont dû faire face à une urgence : plusieurs consommateurs devaient prendre possession de leur demeure, mais n’avaient pas signé les documents nécessaires avec leur notaire en personne, car les signatures électroniques ou par vidéoconférence étaient interdites jusqu’au 1er avril. C’est désormais autorisé et les notaires s’affairent à terminer les transactions entre acheteurs et vendeurs. Une minorité d’entre eux ont annulé leur transaction, selon Georges Bardagi.

Puisque le marché se portait très bien à Montréal avant la crise, des gens ayant une propriété désiraient la vendre afin de profiter des prix avantageux, mais tout s’est arrêté. Georges Bardagi s’attend à ce que les opérations de son groupe baissent de 90 % en avril. « Les prix sont restés relativement stables », explique-t-il au sujet de deux propriétés vendues la semaine dernière.