Licences: une véritable formation doit être exigée

Image: 

Body: 

Le premier conseil que l’ACQC donne au consommateur pour bien choisir un entrepreneur est de s’assurer que l’entrepreneur détienne la bonne licence auprès de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ). Il est à notre avis primordial que la qualification exigée soit du meilleur niveau possible. Qu’il paie pour une habitation neuve ou pour une rénovation, le consommateur s’attend à ce que les professionnels de la construction soient régis par un processus d’accréditation crédible et fiable. Il en va de la qualité de la construction à laquelle a droit le consommateur.

Il est inadmissible que, selon les dires de l’APCHQ, il soit possible d’obtenir facilement une licence d’entrepreneur en construction en connaissant d’avance les réponses aux questions des examens. En effet, il semble que des séances d’information dévoilent les réponses aux questions des examens à passer pour l’obtention d’une licence. Le client consommateur paie le prix de ce manège frauduleux. C’est lui qui subit par la suite la gestion déficiente du chantier de travail, l’exécution approximative voire irresponsable de travaux, et les malfaçons qui en découlent.

L'ACQC a émis un communiqué le 2 mai 2018 à ce sujet. Nous vousn invitons à le lire pour bien compreendre la hauteur de cet enjeu. Nous y invitons d'ailleurs le nouveau président Michel Beaudoin à agir dans ce sens avec urgence.

Plusieurs médias ont repris cette nouvelle, publiée à la suite des déclarations de l'APCHQ au Sommet Construction le 30 avril denrier.

Voici les liens pour lire les articles que nous avons recensés à ce sujet:

Des licences de construction obtenues sans vraie formation inquiètent le milieu (Radio-Canada)
Construction: l'APCHQ dénonce des licences obtenues sans formation (La Presse)
Les licences de construction obtenues sans véritable formation sont dénoncées (Huff Post)
L'APCHQ dénonce des licences de construction obtenues sans véritable formation (L'Actualité)