A LA UNE_

50-ans-200

L’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction est fière de souligner le 50e anniversaire de création des associations de consommateurs et du mouvement de la consommation au Québec.

 

                        vive les vacances

 

Veuillez noter que nos bureaux seront fermés durant la période des vacances de la construction entre le 22 juillet et le 7 août 2016.

Bonnes vacances à tous et toutes.

Choisir son entrepreneur

Vous envisagez des rénovations? Voici quelques conseils pour trouver le bon entrepreneur.

Des conseils pour éviter le cauchemar pendant vos rénovations

La réno, ça se prépare
La réno, ça se prépare. Photo : Scott Rothstein / iStock

La mauvaise planification est responsable de la plupart des problèmes des rénovateurs, explique Guy Giasson, agent de communication de l’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction. « Il faut faire des plans, solliciter l’avis des spécialistes, et surtout, bien choisir l’entrepreneur avec qui l’on fera affaire en analysant au moins trois soumissions. »

Si la soumission est trop basse, il faut se méfier, conseille Guy Giasson. Mais analyser trois soumissions permet aussi d’obtenir différentes suggestions de travaux : il est toujours bon de comparer diverses propositions de rénovations pour mettre en branle celle qui est la mieux adaptée à l’espace à rénover.

Guy Giasson, agent de communication de l'Association des consommateurs pour la qualité dans la construction

Guy Giasson, agent de communications, ACQC

Pour écouter l’entrevue, cliquez ici

Un courtier de l’Outaouais a omis de divulguer la présence possible de MIUF dans un immeuble

Radio-Canada a appris qu’un des courtiers immobiliers les plus en vue de l’Outaouais, Yannick Arseneault, a omis de mentionner qu’un immeuble contenait possiblement de la MIUF, un isolant interdit au Canada, alors qu’il avait l’obligation de le déclarer au moment de la vente. C’est ce que révèle un jugement du comité de discipline de l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) publié en avril 2016.
Qu’est-ce que la MIUF?
À la fin des années 1970, près de 80 000 propriétaires au pays ont profité de subventions du gouvernement fédéral pour isoler leur maison avec cette substance. Par la suite, ils ont été nombreux à se plaindre de problèmes de santé et ont montré du doigt le gaz incolore formaldéhyde. L’installation de la MIUF est interdite depuis décembre 1980 au Canada, mais ce n’est qu’en 2004 que le formaldéhyde a été reconnu comme substance cancérigène. Bien que le formaldéhyde est une substance cancérigène reconnue, les probabilités de développer un cancer suite à une exposition au niveau de formaldéhyde que l’on retrouve dans les foyers au Canada sont pratiquement nulles, selon Santé Canada. Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), des études démontrent que la MIUF n’est pas une source de surexposition au formaldéhyde après son durcissement initial. Par contre, la MIUF qui entre en contact avec de l’eau ou de l’humidité risquerait de se dégrader et elle doit être enlevée par un spécialiste, d’après la SCHL.

Les acheteurs avaient pourtant pris leurs précautions. Ils avaient fait inspecter l’immeuble avant de déposer leur offre, sans que rien n’indique la présence de MIUF. « C’est important, avant de réaliser l’achat, de faire faire une inspection,  » selon Guy Giasson, porte-parole, Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC)

En effet, « ne pas faire d’inspection, ou ne pas la faire de façon prudente et diligente, revient à accepter d’acheter l’immeuble avec tous les vices qui auraient pu être décelés et d’en assumer les coûts et les réparations », selon l’organisme Éducaloi.

Les acheteurs d’une résidence doivent cependant savoir qu’une inspection visuelle a ses limites, selon le porte-parole de l’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC), Guy Giasson. « L’isolant de type MIUF est caché derrière le mur et il est invisible, on ne peut pas le détecter », note-t-il. Guy Giasson et l’avocat Richard LeBlanc estiment qu’il faudrait mieux encadrer les inspections résidentielles au Québec pour s’assurer de la qualité de ces dernières. « Actuellement, il n’y a rien qui encadre de façon plus précise l’inspection préachat. Il n’y a pas de normes de formation au Québec », indique M. Giasson.

 

« Les gens sont tellement mal protégés. D’ailleurs, j’ai toujours dit qu’au Québec, on est plus protégé pour acheter un aspirateur à 40 $ que pour acheter une maison à 240 000 $ », ajoute maître LeBlanc.

Une nouvelle directrice générale à l’ACQC

Montréal, le 27 juin 2016 – L’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC) est heureuse d’annoncer la nomination de Madame Nicole Marcelais au poste de directrice générale.

Madame Marcelais apporte avec elle une longue expérience en gestion de projets et d’organisations, combinée à des tâches de formatrice et professeure. Elle a aussi réalisé des mandats d’amélioration de la qualité et de la défense des droits et de la sécurité.

Ingénieure industrielle, diplômée en administration publique et en gestion de projets Madame Marcelais a aussi occupé des postes de direction générale. Elle compte sur plusieurs années d’expérience dans l’administration opérationnelle de divers secteurs d’activités dont la construction et la rénovation résidentielle.

Sa nomination vise à assurer une stabilité administrative dans la réalisation des nombreux projets que l’ACQC pilote au bénéfice des consommateurs immobiliers. Elle se consacrera notamment à la mise en œuvre de la planification stratégique triennale que vient de compléter l’ACQC. Dans ce contexte, l’ACQC revoit actuellement son fonctionnement et explore de nouvelles sources de financement afin d’assurer sa pérennité et remplir pleinement sa mission.

Au cours des prochains mois, madame Marcelais verra entre autres au déploiement d’un projet-pilote d’accompagnement des consommateurs ayant des litiges en matière de bâtiment et de construction.

 

 


Une aide d’urgence pour les victimes de la pyrrhotite

(27 juin 2016) Le député provincial de Maskinongé Marc H. Plante a annoncé une aide financière d’urgence de 5 $ millions pour des travaux qui doivent être effectués rapidement.

Lire la suite

Québec débloque 5 millions $ d’urgence

(27 juin 2016) Le gouvernement du Québec débloque 5 millions $ d’urgence pour venir en aide aux victimes de la pyrrhotite en Mauricie. Une lettre confirmant l’aide arrivera dès vendredi dans les municipalités de la région. Selon Steeve Guy, coordonnateur de la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite, l’aide pourrait permettre de réparer 66 maisons d’ici la fin de la belle saison.

La ministre Julie Boulet et les députés Marc... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Lire la suite dans Le Nouvelliste

30$ millions pour les victimes de la pyrrhotite: on est content mais ce n’est pas assez.

Le budget fédéral dévoilé hier le  22 mars 2016 a inclus une somme de 30$ millions pour aider les victimes de la pyrrhotite en Mauricie. La coalition est contente même si elle estime que ce n’est pas suffisant. Ce montant sera divisé sur trois ans, ce qui représente une somme de 10$ millions par année.
Mais c’est déjà un bon pas qui ajoutera de la pression sur Québec afin d’apporter un soutien à son tour.
Réactions dans les médias:

Rencontre de travail entre la Coalition et la SHQ

Rencontre de travail entre la Coalition et la SHQ jeudi

Chantiers retardés, coûts plus élevés

À quand le versement de l’aide fédérale

pyrrhotite-sainte-marthe

Va-t-on manquer la saison de construction?

Va-t-on manquer la saison de construction?

Budget fédéral 2016 : aide pour les victimes de la pyrrhotite

Budget fédéral: 30 millions $ sur trois ans pour la pyrrhotite

Budget fédéral: 30 millions $ pour la pyrrhotite

Ottawa investira pour les victimes de la pyrrhotite

Budget 2016 : 30 millions sur trois ans pour la pyrrhotite

 

Formations exclusives en architecture écologique

Le magazine La Maison du 21e siècle a concocté un programme de formations du tonnerre en maisons saines et écologiques.

Le 5 novembre à Montréal, l’architecte André Bourassa fera partager aux gens les leçons qu’il retient de ses plus de 35 années de conception de bâtiments sains et écologiques.

Pour en savoir davantage: maisonsaine.ca/formations


Création de RénoVert

ca. 2001 --- Measuring Wood with Measuring Tape --- Image by © Royalty-Free/Corbis

(18 mars 2016) Après le programme LogiRénov, qui s’est terminé en juillet dernier, un nouveau crédit d’impôt vient d’être annoncé dans le budget du gouvernement : RénoVert. Ce programme vise spécifiquement la rénovation résidentielle «écoresponsable».Comme par exemple le remplacement des portes et fenêtres, l’isolation, le changement des appareils de chauffage ou la mise aux normes des installations sanitaires.

Le crédit d’impôt offre de rembourser 20% de la facture des travaux, pour un maximum de 10 000 $. Pour y avoir droit, les rénovations devront être d’au moins 2500 $ et l’entente avec un entrepreneur devra être conclue avant le 1er avril 2017.
Cette mesure coûtera environ 175 millions $. Le gouvernement vise à aider 100 000 contribuables québécois tout en soutenant l’industrie de la rénovation domiciliaire.

«Nous allons aider les particuliers afin qu’ils améliorent la performance environnementale de leur résidence, et cette aide profitera en même temps à tout le secteur de la rénovation», a déclaré jeudi le ministre des Finances Carlos Leitao, lors du dépôt du budget hier le 17 mars.

Des réactions

L’APCHQ (Association des professionnels de l’habitation du Québec) a salué positivement l’arrivée de ce programme qui succède à Logi-Rénov afin de stimuler l’industrie de la construction.

Par contre la CORPIQ (Corporation des propriétaires immobiliers du Québec) souligne que ce programme devrait s’étendre aux habitations multilocatives, car leur piètre performance énergétique coûte cher aux locataires.

En effet, le programme RénoVert ne sera accordée que pour le lieu principal de résidence du ménage, ou pour son chalet. 1,3 million de logements locatifs privés ne pourront pas en bénéficier. « Le parc résidentiel locatif vieillissant est le plus énergivore de tout le secteur de l’habitation. Cette cible serait celle pouvant générer le meilleur retour sur l’investissement pour le gouvernement et pour la collectivité. Il faut corriger le tir et élargir le programme », selon la CORPIQ.

L’AQMAT (Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction) montre aussi une déception dans sa réaction à l’annonce de cette nouvelle. Ce programme n’aura une durée que d’une seule année, alors que ce groupe souhaitait un programme permanent ou d’une durée minimale de cinq ans.

 

 


La preuve aux petites créances

educaloi petites créances

Grâce à la collaboration de l’ACQC, Éducaloi a produit un court vidéo qui donne quelques trucs pour améliorer votre preuve devant la Division des petites créances et mettre toutes les chances de votre côté.

À voir sur You Tube

Ou à voir sur le site Internet d’Éducaloi.

Mon toit, mes droits

montoit mes droits ainésEn vue de contrer l’exploitation financière et la fraude envers les aînés en matière d’habitation, Union des consommateurs a développé, en collaboration avec ses groupes membres, les Associations coopératives d’économie familiale (ACEF) et l’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC), différents contenus qui portent sur les sujets suivants:

  • la vente itinérante;
  • la rénovation et l’entretien de votre habitation;
  • la signature d’un bail et la sélection d’une résidence privée pour aînés (Québec seulement);
  • les préparatifs en vue de la vente de la maison;
  • l’utilisation de la valeur nette de la propriété.

Vous y trouverez des renseignements sur les droits et obligations, des conseils et des ressources, conçus pour la clientèle des aînés.

______________________________

Soutenez l’ACQC: 

Sans titre2