Vous vivez une injustice en lien avec votre habitation? 
L'ACQC est régulièrement sollicitée par des journalistes à la recherche de situations dignes d'intérêt. Si vous êtes prêt à aller sur la place publique (presse écrite, radio ou télé), nous pouvons vous mettre en contact. Cela ne vous force en rien à nommer votre entrepreneur. 
Si vous pensez que votre histoire est d'intérêt public, contactez-nous!

« Ça va s’autocorriger », dit le ministre Girard

Vendredi, 23 avril, 2021
Isabelle Dubé avec Tommy Chouinard, La Presse

Extrait(s) :

Le débat au sujet de la surchauffe immobilière s’est déplacé à l’Assemblée nationale jeudi. La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation, Marie-Claude Nichols, en a rappelé les impacts sur les familles et demandé au gouvernement des solutions pour intervenir.

[...]

Le ministre Girard a toutefois reconnu certains problèmes. « Il y a deux pratiques qui sont inquiétantes [sur le plan] de la protection des individus, c’est-à-dire la renonciation à l’inspection, d’une part, et, d’autre part, les processus d’enchère qui ne sont pas transparents. »

Un discours différent de celui de la ministre de l’Habitation, Andrée Laforest qui, dans notre entrevue publiée jeudi, disait plutôt qu’elle privilégiait la confidentialité dans les processus d’enchère.

[...]

Si la ministre Laforest disait dans notre article que le gouvernement ne pourrait pas obliger les inspections avant l’achat d’une propriété à cause du manque d’inspecteurs, le ministre Girard a laissé entendre qu’il planchait sur des mesures concernant la renonciation aux inspections. « Alors, on est là-dessus », a-t-il précisé avant d’ajouter : « Et ce qui est important, c’est que les gens soient prudents dans l’acquisition d’un bien qui est extrêmement important dans la valeur de leur patrimoine. »

[...]

De son côté, Carlos Leitão, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie, a ajouté qu’il n’était pas d’accord avec le ministre Girard. « Cette crise ne se réglera pas toute seule. Le marché laissé à lui-même ne s’autocorrigera pas. Nous avons déjà vu plusieurs crises immobilières. Le marché ne s’autoréglera pas », citant ensuite les économistes des banques qui incitent à agir maintenant.