Acheter sans inspection, un jeu dangereux

Vendredi, 23 avril, 2021
Pascal Parent, AIBQ, La Presse

Extrait :

Frénésie, surchauffe, boom, les qualificatifs ne suffisent plus pour caractériser l’état actuel du marché immobilier. Sachant qu’au Québec, la valeur moyenne des propriétés a connu une hausse de 20 % dans la dernière année, il n’est pas rare de voir certains acheteurs jouer à un jeu fort dangereux lors de l’achat du bien le plus important de leur vie.

Auparavant, les ventes de maisons en surenchère suscitaient l’étonnement et la curiosité. Tous se questionnaient sur les raisons de cet intérêt envers la propriété et, surtout, sur les motifs des acheteurs. Bref, cette situation était, en soi, une nouvelle. Depuis les derniers mois, cette situation n’étonne plus tellement elle est fréquente. La question est plutôt maintenant : à combien de milliers de dollars de plus cette propriété sera-t-elle vendue ? Récemment, un pas inquiétant a encore été franchi.

En effet, voyant que plusieurs acheteurs potentiels tentaient de se démarquer en offrant davantage que le prix demandé, certaines personnes ont même commencé à retirer des conditions à la vente, notamment le financement, la garantie légale et l’inspection préachat.

[...]

Acheter à l’aveugle, sans inspection, signifie que le client renonce à certains droits fondamentaux en cas de vice caché ou de complications à la suite de l’achat. C’est littéralement jouer à la roulette russe avec ses économies personnelles.

[...]

Bien sûr, il faut miser sur l’éducation et la responsabilisation des Québécois, mais il faut surtout convaincre tous les acteurs engagés dans les transactions immobilières de prioriser la protection du public et de contribuer à la mise en œuvre de mesures concrètes pour minimiser les impacts négatifs de cette surchauffe.

[...]

sans inspection, c’est non !