Vous vivez une injustice en lien avec votre habitation? 
L'ACQC est régulièrement sollicitée par des journalistes à la recherche de situations dignes d'intérêt. Si vous êtes prêt à aller sur la place publique (presse écrite, radio ou télé), nous pouvons vous mettre en contact. Cela ne vous force en rien à nommer votre entrepreneur. 
Si vous pensez que votre histoire est d'intérêt public, contactez-nous!

Le plus récent chapitre de la saga de la folie immobilière

Mardi, 24 août, 2021
Daniel Germain, Journal de Montréal

Extrait(s) :

Hier, Le Journal rapportait les témoignages de gens de l’industrie selon lesquels certains agents immobiliers favoriseraient des inspecteurs complaisants. Ces courtiers auraient une préférence pour le travail d’inspection approximatif et bâclé, moins à risque de faire avorter une transaction. On y sous-entend une certaine connivence, du genre « ne me mets pas de bâtons dans les roues et je vais te recommander ».

Cette pratique peu répandue n’est pas nouvelle, mais elle prendrait de l’ampleur dans le contexte de surchauffe, déplorent des inspecteurs en bâtiments.

Doit-on s’en étonner ? Bien que la situation mérite d’être dénoncée, je ne suis pas tombé de ma chaise. Y a-t-il seulement une industrie où n’existe pas ce genre de complicité, à la marge ?

L’aspect surprenant dans cette histoire, c’est qu’il se trouve des courtiers pour considérer l’inspection comme un obstacle sérieux à une transaction immobilière. Voyons ! N’importe quelle bicoque trouve preneur au fort prix, les yeux fermés !

Y a-t-il vraiment un inspecteur qui peut se mettre en travers d’une vente ?

[..­.]