Prix des matériaux de construction : les conditions sont réunies pour que la situation persiste

Jeudi, 11 février, 2021
APCHQ

Extrait :

L'Association de la construction du Québec (ACQ), l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ), l'Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT), le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) et la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec (CEGQ) dévoilent aujourd'hui les résultats d'une enquête effectuée auprès des propriétaires sur la rénovation résidentielle. L'enquête Web, qui a été réalisée par la firme Léger en décembre dernier auprès d'un échantillon de quelque 1 000 répondants, porte sur les travaux réalisés depuis le début de la pandémie ainsi que sur les intentions de rénovation au cours des prochains mois.

De mars à décembre 2020, les deux tiers (65 %) des propriétaires ont fait des travaux de rénovation (modifications, améliorations, réparations ou entretien) à leur domicile. Ceux-ci ont dépensé en moyenne 8 700 $ pour l'ensemble des travaux effectués à leur résidence principale. La majorité des répondants (53 %) ont déclaré avoir effectué eux-mêmes les travaux, tandis que 47 % ont confié leurs rénovations, en tout ou en partie, à des entrepreneurs professionnels. Les répondants ayant déclaré avoir réalisé les travaux eux-mêmes ont dépensé en moyenne 6 360 $, comparativement à 12 900 $ pour ceux ayant eu recours aux services de professionnels. Hormis les travaux de peinture (36 %), les rénovations les plus populaires ont été, de loin, les travaux relatifs au patio, à la terrasse ou au balcon (24 %) et les travaux d'aménagement paysager (23 %). Bon nombre de répondants avaient aussi mené à bien des travaux de plomberie (14 %), d'électricité (12 %), de recouvrement de la toiture (12 %) et d'isolation (10 %).

Bien que, dans un peu plus de la moitié des cas (57 %), rénover était jugé nécessaire, l'enquête démontre que bon nombre de répondants l'ont fait purement par choix (43 %). Aussi, conséquence directe de la crise sanitaire, 18 % des propriétaires ont mentionné avoir rénové afin d'améliorer leur espace de vie en raison de la pandémie, et 7 % ont mentionné l'avoir fait afin d'adapter leur résidence pour le télétravail.   

À l'instar de 2020, deux propriétaires sur trois envisagent de faire des travaux de rénovation (modifications, améliorations, réparations ou entretien) à leur domicile d'ici septembre 2021. On note que les montants que ceux-ci prévoient dépenser sont plus élevés et atteignent en moyenne 11 300 $. Ceci pourrait aller de pair avec le fait que davantage de propriétaires, soit 60 %, envisagent de confier leurs rénovations, en tout ou en partie, à des entrepreneurs professionnels. C'est en moyenne 14 000 $ que prévoient dépenser les propriétaires qui feront affaire entièrement avec des professionnels.           

Les rénovations les plus populaires au cours des prochains mois seront encore les travaux de peinture (38 %), d'aménagement paysager (22 %) et ceux touchant les patios, les terrasses ou les balcons (21 %). On note toutefois que les travaux relatifs aux portes et fenêtres (19 %) et les travaux structurels dans la cuisine (11 %) devraient être plus populaires cette année qu'en 2020.   

Le principal motif pour rénover (58 %) demeure bien sûr la nécessité résultant de l'usure ou de la désuétude de l'habitation. Par ailleurs, 13 % des propriétaires ayant l'intention de rénover sont motivés par des raisons d'améliorations écoénergétiques, et 11 % par la mise en vente prochaine de leur propriété.      

[...]

En complément, un deuxième sondage Léger a été effectué en janvier, par téléphone, auprès de quelque 750 entrepreneurs et dirigeants d'entreprises en construction et en rénovation. Celui-ci visait à mesurer l'ampleur des problèmes d'approvisionnement et de hausses des coûts des matériaux de construction. 

Les résultats témoignent que, depuis mars 2020, un peu plus de quatre entrepreneurs sur cinq ont fait face à des problèmes d'approvisionnement tels que des délais de livraison, des délais de transport sur les chantiers, des ruptures de stock chez le fournisseur ou un faible niveau d'inventaire local.

Les matériaux les plus touchés par les problèmes d'approvisionnement sont : les portes et fenêtres (46 %), le bois d'œuvre (38 %), le contreplaqué et OSB (35 %), les fermes de toit (33 %), les poutrelles (28 %), les produits d'ingénierie en bois (24 %) et les articles de plomberie (22 %). Mais la liste est loin de s'arrêter là. L'aluminium (18 %), le béton (16 %), l'acier (14 %), les panneaux de gypse (11 %) et le bardeau d'asphalte (10 %) sont aussi parmi les matériaux dont l'approvisionnement est le plus susceptible d'être problématique pour les entrepreneurs en construction.