Vous vivez une injustice en lien avec votre habitation? 
L'ACQC est régulièrement sollicitée par des journalistes à la recherche de situations dignes d'intérêt. Si vous êtes prêt à aller sur la place publique (presse écrite, radio ou télé), nous pouvons vous mettre en contact. Cela ne vous force en rien à nommer votre entrepreneur. 
Si vous pensez que votre histoire est d'intérêt public, contactez-nous!

Quand l’État doit-il agir ?

Samedi, 24 avril, 2021
Francis Vailles, La Presse

Extrait(s) :

L’État doit-il intervenir pour discipliner le marché immobilier et si oui, comment ?

[...]

Cette semaine, la ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, a eu des réponses pour le moins étonnantes à ce sujet. Elle a dit à ma collègue Isabelle Dubé qu’il fallait responsabiliser les acheteurs quant à l’impact d’une hausse des taux d’intérêt, en plus de les éduquer sur l’importance d’exiger une inspection préachat.

Qu’il n’y aurait de toute façon pas suffisamment d’inspecteurs advenant une loi imposant l’inspection. Et qu’un mécanisme d’enchères ouvertes est à proscrire, parce que le prix des transactions immobilières doit demeurer confidentiel.

D’abord, le registre foncier public du gouvernement permet à quiconque de dénicher le prix de toutes les transactions. Il y a un délai de quelques mois, j’en conviens, le temps que l’acte soit notarié, mais tout de même, cet argument de confidentialité ne tient pas la route. Pas plus que l’hypothèse voulant que les acheteurs puissent imposer l’inspection, du moins dans le marché fou de la région de Montréal.

Étonnant, aussi, de voir la ministre dite de l’Habitation affirmer qu’elle s’en remet à quelques amis courtiers et inspecteurs pour juger de la situation et prendre des décisions. Je me serais attendu à plus de la part de la ministre. Genre : nos analystes du Ministère scrutent attentivement la situation.

[...]

Et vendredi, le PDG de la Banque Nationale, Louis Vachon, suggérait d’envisager une plus grande transparence du prix et de rendre plus difficile, pour les vendeurs, d’exiger une renonciation aux droits légaux de l’acheteur.

[...]

Enfin, je suis d’avis que les acheteurs doivent être en mesure d’avoir toute l’information disponible sur une propriété avant de décaisser un demi-million de dollars. De savoir si le câblage électrique est conforme, si la moisissure a envahi le sous-sol, si les murs de soutien font leur travail.

Et qu’à cet égard, l’inspection devrait être favorisée par l’État dans les transactions immobilières résidentielles des particuliers.