Vous vivez une injustice en lien avec votre habitation? 
L'ACQC est régulièrement sollicitée par des journalistes à la recherche de situations dignes d'intérêt. Si vous êtes prêt à aller sur la place publique (presse écrite, radio ou télé), nous pouvons vous mettre en contact. Cela ne vous force en rien à nommer votre entrepreneur. 
Si vous pensez que votre histoire est d'intérêt public, contactez-nous!

Régie du bâtiment du Québec et qualité dans la construction : il est temps d'agir

Mercredi, 9 juin, 2021
RGCQ et ACQC

MONTRÉAL, le 9 juin 2021 /CNW Telbec/ - Le Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ) et l'Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC) ont pris connaissance du rapport du Vérificateur général du Québec (VGQ), publié la semaine dernière, et de ses conclusions sur la Régie du bâtiment du Québec (RBQ). Le constat est sans appel : la RBQ ne protège pas assez le public et ne va pas assez loin pour s'assurer de la qualité des bâtiments neufs.

Principales associations de consommateurs dans le domaine de l'habitation, l'ACQC et le RGCQ constatent au quotidien la protection inadéquate et l'information lacunaire reçue par les consommateurs de la part de la RBQ. La confiance dans la qualité des constructions neuves s'effrite, auprès du public comme de l'industrie. Pour y remédier, le RGCQ et l'ACQC demandent à la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, de modifier la Loi sur le bâtiment et les règlements afférents.

Le VGQ a souligné les excédents disproportionnés accumulés par la RBQ. Au regard des lacunes dans la protection des consommateurs soulignées dans le même rapport, la ministre et la RBQ ont le devoir de corriger le tir et d'adopter des mesures à la hauteur des enjeux.

En plus des recommandations du VGQ, voici les mesures nécessaires pour améliorer la qualité de la construction :

  • Exiger des entrepreneurs d'obtenir une attestation de conformité à la fin des travaux de construction;
  • Mettre en place un Code de construction unique à travers la province;
  • Élargir l'application du plan de garantie obligatoire aux bâtiments en hauteur;
  • Établir et publier une cote de qualité des entrepreneurs claire et utile;
  • Inspecter systématiquement les chantiers aux étapes-clés de la construction.

 

Les gestes posés par la RBQ jusqu'à présent et la planification stratégique en cours ne sont pas suffisants pour nous rassurer quant à la suite des choses. La ministre devra agir rapidement et en priorisant les intérêts de la population. Alors que le marché s'emballe et que les acheteurs doivent débourser des montants toujours plus importants, le gouvernement doit s'engager dès maintenant pour protéger les investissements des Québécois et léguer des bâtiments sains aux générations futures. La qualité des bâtiments neufs est payante à court et long terme pour tous.

 

Citations :

« Les assureurs imposent des franchises et des primes astronomiques aux nouvelles constructions en copropriété, signe du manque total de confiance dans la qualité de la construction actuelle. Ce sont les copropriétaires qui paient les pots cassés du déficit chronique d'encadrement du domaine de la construction résidentielle. La RBQ a toujours eu les moyens financiers et juridiques pour mettre en œuvre un suivi plus rigoureux. Modernisons la loi pour améliorer durablement la qualité de la construction. Nous en profiterons collectivement dès demain et pour des générations. »

Yves Joli-Coeur, secrétaire général du RGCQ et avocat émérite

« Le rapport de la VGQ est sans équivoque: l'encadrement des entrepreneurs en construction comporte des lacunes majeures. Les changements requis sont nombreux et nécessitent dans bien des cas de repenser en profondeur les manières de faire à la RBQ. Bien qu'il s'agisse d'un chantier de long terme, plusieurs améliorations importantes peuvent être mises en place rapidement. Considérant la sévérité des constats de la VGQ, la ministre Andrée Laforest se doit de faire preuve d'audace et d'agir concrètement pour la protection des consommateurs et du public en général. »

Marc-André Harnois, directeur général de l'ACQC